Cartographier un territoire mouvant et en mouvement

Autrice : Laura Peron

Les lacs ou la mer sont souvent représentés dans les cartes par de « quelconques polygones cyan, qui se tiennent là, étrangement résistants à la nature »1. Alors que dans le monde réel l’eau bouge avec le vent, la mer avec les courants, dans les cartes l’eau est le plus souvent immobile et représentée par un simple aplat de couleur unie. Cette représentation est largement majoritaire aujourd’hui.

Il n’en a pas toujours été ainsi, nombreuses sont les cartes anciennes qui représentent le mouvement, notamment celui des vagues. On peut notamment renvoyer ici au travail d’Olivia Lane2, spécialiste de la visualisation des données, qui a recensé plusieurs cartes anciennes pour montrer la diversité des modes de représentation de l’eau dans ces cartes. Albert Christensen a également travaillé sur la diversité des modes de représentation de la mer dans les cartes anciennes : motifs de vagues, aplats de points, hachures et rubans3.

Revenons sur le processus de production d’une carte de la Baie de Seine représentant le littoral et la mer en tant que territoire mouvant et en mouvement.

La méthode retenue est celle des « waterlines ». Cette méthode est définie notamment par le glossaire de l’International Council on Archives (1973) comme des « lignes représentant l’eau, tracées parallèlement au bord d’un plan d’eau, dont la proximité et la force diminuent en s’éloignant de ce bord »4. L’avantage principal de ce mode de représentation du rivage pour Daniel P. Huffman est qu’elle permet de recréer du dynamisme et un sens du mouvement plus réaliste. Selon lui l’ajout de waterlines permet de faire en sorte que les plans d’eau ressemblent davantage à leurs référents réels. Au-delà de redonner son caractère mouvant au rivage dans une représentation statique, l’intérêt des waterlines selon Huffman est aussi esthétique et historique. Esthétique d’abord car au-delà de la simple fonction de transmission d’information, cela apporte une certaine profondeur à la carte et participe à l’ornementation de la carte. Historique ensuite car c’est une méthode de représentation qui a beaucoup été utilisée tout au long du XIXe siècle.

On trouve en ligne plusieurs tutoriels et conseils pour générer des waterlines dans les cartes modernes notamment grâce à des logiciels SIG et de DAO5. Peu importe le logiciel utilisé, ces méthodes reposent toutes sur la mise en tampon multiple. Les zones tampons sont « de nouveaux polygones dont les bords extérieurs sont à une distance fixe et constante du polygone d’origine, en suivant ses contours »4. Dans son article, Huffman défend l’utilisation des waterlines dans les cartes contemporaines. Il prodigue également des conseils pour leur production. Il rappelle que la génération des lignes en soi est très simple puisqu’elle ne repose que sur la mise en tampon. Ce sont tous les choix de symbologie qui sont importants et vont créer l’effet de mouvement escompté.

Ces choix concernent notamment le nombre de lignes, leur espacement, leur taille, les effets de transparence et de couleur. Tous ces facteurs doivent être étudiés et peuvent donner des rendus très différents. Les waterlines de la carte présentée ci-dessus ont été générée sur Illustrator grâce à l’outil décalage (objet > tracé > décalage). L’effet de mouvement est accentué par un espacement entre les lignes de 0.25 millimètres supplémentaires à mesure que l’on s’éloigne du rivage : Il y a 1.5 millimètres de décalage entre la ligne de rivage et la ligne la plus proche du rivage et 3.5 millimètres de différence entre la dernière ligne et l’avant dernière ligne. Enfin, cet effet de mouvement est encore accentué grâce à l’effet de transparence : la ligne la plus proche du rivage est à 90% d’opacité, celle la plus éloignée à 10% et il y a 10% de différence entre chaque ligne. Ainsi, la variation de ces paramètres permet de créer du mouvement dans l’eau, semblable notamment à celui des vagues.

Ce travail est issu du mémoire de recherche de Laura Peron intitulé « Cartographie des côtes et perception du rivage : synthèse des modes de représentation de l’interface Terre-Mer et de la mobilité du littoral. Recherche de représentations sensibles et innovantes » du Master Géographie, aménagement, environnement et développement – Parcours Carthagéo, sous la direction de Clélia Bilodeau et Joanne Clavel, Université Paris Cité.

  1. Daniel P. HUFFMAN, “On waterlines: arguments for their Employment, Advice on their Generation”, Cartographic Perspectives, n°66, 2010, p.24-25 []
  2. Olivia VANE, “Drawing Water in old maps”, 12 mars 2021 [consulté le 18 avril 2023], https://observablehq.com/@oliviafvane/i-drawing-water-in-old-maps?collection=@oliviafvane/watermarks []
  3. Albert H. J. CHRISTENSEN, “A Reflection on the Waterlining Technique in Relation to the History of Map Ornamentation”, The Cartographic Journal, Vol. 45, n° 1, février 2008, p. 68–78 []
  4. Huffman 2010, Ibid. [] []
  5. On peut citer notamment ce tutoriel de Benjamin Becquet pour générer des waterlines sur QGIS : https://bbecquet.net/articles/2021/07/waterlining-in-qgis/ ; celui d’Olivia Lane pour générer des waterlines grâce à Javascript : https://observablehq.com/@oliviafvane/ii-drawing-waterlines-on-maps?collection=@oliviafvane/watermarks ; ou ce tutoriel de Sarah Bell pour générer des waterlines dans Illustrator : https://www.youtube.com/watch?v=VwdWPTLF_Pc&list=PLGeEOgjV0zpcRj2Higzv9G6iXwdwU9x2_&index=2&t=525s []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Joanne Clavel (19 septembre 2023). Cartographier un territoire mouvant et en mouvement. Sensitroph' Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://sensitroph.hypotheses.org/471


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search